Sur place

Voilà vous venez d’arriver sur le sol thaïlandais, encore hagard par le long voyage, les escales et le décalage horaire mais vos sens sont en éveil.  La tête vous tourne déjà par toutes ces belles choses qui vous entourent et qui vous ont plongé en quelques secondes dans un autre monde, si différent de la France. Les lumières partout, le bruit permanent, tous ces gens qui « grouillent »,  le son des klaxons, toutes ces odeurs d’épices, les couleurs chatoyantes, ces sourires… Vous ne savez plus où donner de la tête vous voulez vous imprégner au maximum de la magie de ce pays… Sans nul doute vous êtes bien arrivés en Thaïlande. La Waï Waï Experience peut commencer ou presque. Patience, il vous reste deux trois petites choses à faire…

plat-thai

 

Rien n’est gratuit, tout a un coût

Pas de panique votre portefeuille n’en souffrira pas car être en vacances ne signifie pas forcément se lâcher, vous avez déjà fait le plus dur alors laissez nous vous guider pour que votre voyage soit le plus agréable possible.

Bien que la vie en Thaïlande ne soit pas chère du tout comparé à notre bonne vieille France, il va bien vous falloir de l’argent et qui dit argent dit compte bancaire. Pas très pratique de se balader tous les jours avec du liquide sur soi. Rappelons pour info que la monnaie en Thaïlande s’appelle le Bath.

A noter dans un coin de sa tête 1 Euro = 37 Baths

La première chose à faire est donc de vous ouvrir un compte bancaire dans une banque thaïlandaise ou occidentale basé en Thaïlande en bon exapt’ qui se respecte. Si vous avez l’ensemble des documents requis, la manip’ sera simple.

Le compte le plus facile à ouvrir est « le compte d’épargne », qu’on peut obtenir sans permis de travail ce qui sera je pense votre cas. Pour se faire il faut vous munir de votre passeport, d’une lettre de recommandation de votre ambassade en Thaïlande, d’une adresse et entre 500 et 1000 Baths (ouverture du compte + dépôt de garantie obligatoire).

Voilà done, ça vous a pris 5 allez 10 minutes maximum pour repartir avec une carte de crédit à votre nom vous permettant de déposer et retirer de l’argent aux ATM, les distributeurs automatiques thaïlandais.

 

Allo, il y a quelqu’un au bout du fil ?

Si vous souhaitez éviter une crise d’ordre diplomatique avec votre banquier ou avec vos parents, nous vous conseillons de suspendre votre ligne mobile française et de prendre un forfait local. Cela vous évitera les mauvaises, très mauvaises surprises de hors forfaits.

L’astuce de la Waï Waï Team :  prenez avec vous votre téléphone portable, assurez-vous qu’il soit débloqué, si ce n’est pas le cas il est possible de le faire sur place à moindre coût.

Après il vous faudra une carte SIM thaïlandaise, il en existe 2 sortes :

«  Pay as you go » : principe d’une carte SIM rechargeable (entre 100 et 500 bath, celle de 100 bath correspond à 2 ou 3 heures d’appels) dans n’importe quel magasin de téléphonie ou 7 Eleven, épicerie thaïlandaise que l’on retrouve à tous les coins de rues.

L’abonnement mensuel avec un forfait d’heures défini. Pour cela il vous faut votre passeport et votre visa en cours de validité pour ouvrir un compte client auprès d’un opérateur.

L’info de la Waï Waï Team : AIS, DTAC,  1-2- Call et True Move sont les 3 opérateurs spécialisés dans la téléphonie mobile sur le marché thaïlandais.

 

Un français averti en vaut deux

Bien que la Thaïlande soit un pays plutôt safe, il faut rester vigilant et ne pas se mettre en danger inutilement… Ne vous faites pas de soucis les thaïlandais ne sont pas des gens violents, les agressions sont rares. En effet les conséquences s’ils se font prendre sont lourdes. Voici pour vous quelques conseils et précautions pour pouvoir profiter de votre semestre sans soucis.

Faire perdre la face à un Thaïlandais et l’insulter peut entraîner de sa part une réaction violente. Soyez donc toujours très poli et maître de vous-même dans n’importe quelle situation. L’alcool est souvent le principal responsable des dérapages entre les occidentaux et les thaïlandais.  L’achat, la vente et/ou la possession de drogues comme la marijuana, opium… est illégal et surtout durement réprimée, ne vous faites pas d’idées il n’existe pas de traitement de faveur pour les étrangers : un an minimum de prison.

Bien que la Thaïlande soit le «  pays du sourire » ne perdez pas de vue que vous êtes et serez la proie facile pour les escrocs thaïlandais en tout genre. Notre conseil est donc : ignorez les inconnus qui proposent de vous faire gracieusement visiter la ville ou des magasins, ils touchent systématiquement une commission sur vos achats.

Un autre conseil qui n’est pas valable uniquement pour la Thaïlande mais soyez bien vigilant en ce qui concerne vos affaires personnelles et ayez toujours avec vous votre passeport, votre argent et votre carte de crédit. Gardez toujours un œil sur votre sac à dos en gardant sur vous les objets de valeur surtout durant les longs trajets en bus ou train.

Ne virez pas non plus parano mais rester vigilants et sur vos gardes, vous restez quand même des cibles et des proies faciles pour des gens malintentionnés.

 

Laissez-vous transporter

Tout d’abord le métro aérien de Bangkok (BTS ou Skytrain), est un des moyens de transport les plus rapide pour traverser la capitale. Il fonctionne de 06h du matin jusqu’à tard le soir (00h00). Les tarifs sont établis en fonction de la distance parcourue cela va de 10 à 40 Baths par personne. Rassurez-vous les stations sont annoncées à l’avance en thaï et…en anglais. Une deuxième ligne de métro sous-terraine a été construite pour mieux quadriller la ville.  Vous pourrez donc sillonner la ville sans soucis et sans être trop dépaysés.

Bangkok Chong Nonsi skywalk at bangkok skytrain,Thailand

Si vous souhaitez rester dans le transport public, il existe un réseau de bus plutôt bien développé sur Bangkok ainsi que dans d’autres villes de provinces.  Ailleurs les transports publics sont assurés par de Sorng-taa, petites camionnettes ou pick up. Ces véhicules desservent des itinéraires fixes mais ils peuvent aussi servir de taxis collectifs.

Au niveau des taxis, il existe un code couleur : taxis rose, jaune, vert. Ces taxis fonctionnent avec un compteur «  Taxi by Meter ». A partir du moment où vous rentrez dans le taxi vous devez payer 35 bath (- de 1 euros), puis c’est 2 baths par km et 2 baths par arrêt de la voiture (=bouchons).

Attention vous devez vérifier que le compteur est bien allumé quand vous montez dans la voiture. Les autres taxis sont des taxis privés pratiquant des tarifs négociables avec le chauffeur. Ne vous laissez pas arnaquer et faites ressortir le commercial qui sommeille en vous.

Pour les plus aventuriers et les plus curieux, sortez des sentiers battus et enfourchez le traditionnel « Sahm-lor » (3 roues), non motorisé. Celui-ci s’utilise seulement dans les petites villes où la circulation est fluide.  Mais ne vous inquiétez pas la version moderne existe  c’est ce qu’on appelle les « Tuk-tuk ». Pétaradant et bruyants, ces engins vous transporteront là où vous voulez, et feront de vous des vrais thaïlandais.

Pour finir il vous sera possible de louer une voiture ou une moto que ce soit à Bangkok ou dans les centres touristiques. Mais attention soyez bien prudent. La réglementation thaïe impose la souscription d’une assurance responsabilité civile pour tous les véhicules en circulation.

Vérifiez toujours que l’agence dans laquelle vous êtes, propose des véhicules assurés au tiers et demandez bien à voir les papiers d’assurances datés. Un accident au volant d’un véhicule non assuré vous entraînerait des ennuis considérables.

Au niveau du code de la route notez bien dans un coin de votre tête que les Thaïlandais roulent à gauche (la plupart du temps !!). A part cette règle tout est possible tout est réalisable sur les routes thaïlandaises, en dehors des panneaux et des limitations de vitesses. Laissez la priorité aux véhicules le plus gros. Le klaxon vous servira à avertir les autres usagers que vous souhaitez passer. Si on vous fait des appels de phares, cela vous indique de ne pas avancer.

Nous vous conseillons vivement avant de louer une moto ou un scooter de vous familiariser avec le code de la route thaïlandais. Attention le port du casque n’est pas en option tout comme chez nous. De nombreux accidents ont lieu chaque année et les principales victimes sont des touristes. Alors même si vos amis vous surnomment « Schumacher» en France, soyez safe.